3 indices vous indiquant à coup sûr que vous discutez avec un Expert des réseaux sociaux

Note : à la base cet article est une parodie, sauf que là la réalité rattrape la fiction : http://www.ijustpeed.com/fr/

Traduction libre de : http://tremendousnews.com/2009/03/19/3-ways-of-knowing-that-youre-talking-to-a-social-media-expert/

Parmi les Nerds et les Geeks, une nouvelle espèce a vu le jour : l’Expert en Réseaux sociaux.

Si vous ne savez pas ce qu’est un « Réseau social », pas d’inquiétude. C’est un terme qui va disparaître très prochainement.
Vous souvenez vous de « l’autoroute de l’information » ? vous vous en souvenez ? Waow, vous devez être assez âgés alors. C’est l’expression qu’on utilisait an tan l’amiral Robè pour désigner Internet. Époque à laquelle on se « logguait », « surfait sur le World Wide Web » et téléchargeait des fichiers depuis le Cyber-Espace.

Cyber-Espace ! Ha. Quel terme médiéval !

Aujourd’hui, tout a changé. de nos jours, les plateformes de réseaux sociaux ont le vent en pompe. Et les ambassadeurs de ces plateformes se sont auto-promus expert des médias sociaux.Personne ne sait vraiment ce qu’ils font. Eux même ne le savent pas vraiment. Mais ils sont partout désormais.

Voici quelques indices afin d’identifier à coup sûr un expert de réseaux sociaux.

1. Leurs téléphones dernier cri diposent de 70 applications différentes :

Vous la rencontrez autour dans un bar.
Elle sort promptement sont « représentantDeMinoritéVisible »berry (et oui il faut parler « politiquement correct ») ou son Iphone, et vous informe qu’elle est en train de tester « la nouvelle Béta de TweetBookLiteRunner 3.73 ». Puis vous répondez en hochant nonchalamment la tête en disant « Non ? sérieux ? On peut lire ses emails avec ? »
Et là, elle vous regarde comme Jane Goodal observerait des chimpanzés.

A cet instant à ces yeux, vous semblez être l’être vivant le plus arriéré encore en vie sur cette terre.

Mais pas d’inquiétude. Elle se prend de pitié pour vous, et vous répond « Non, en s’agit en fait d’une nouvelle plateforme sociale permettant de se connecter en temps réel aux mises à jour de personnes qui urinent au même moment de par le monde. Pendant que vous faites votre petit pipi, TweetBookLiteRunner 3.73 raccourcit les URLS et compresse images et sons afin que les autres puissent partager cette petite pause pipi avec vous, le tout en temps réel.« 

En temps réel !


C’est là que vous vous dites « Mais qui voudrait faire ce genre de trucs ? » mais retenez vous. Les experts de médias sociaux sont dévoués à une cause : celle d’être la première personne à découvrir n’importe quelle nouvelle plateforme. Elles feront pipi tout en compressant des images jpeg et en envoyant des mp3 aux gens si elles sont amenées à le faire.
Être le premier à faire queqlue chose est le carburant qui les fait avancer.

2. Si ils ne sont pas d’accord avec quelque chose, ils utilisent le termet « FAIL ».

On retrouve comme déclinaisons “epic fail”, and “fail fail fail”, ou n’improte quoi qui rime avec fail. Je pense que “fail whale” est assez populaire. donc si vous êtes assis là au bar en train de commander des nachos, en attendant le début du match de foot et vous l’entendez dire : “FAIL WHALE !”, ne vous affolez pas. Ne vous demandez même pas pourquoi elle parle de baleines (whale = baleine en anglais). Ça vous dépasse totalement. Ça vous dépasse parce que vous êtes normal. vous vivez votre vie comme un être humain normal qui aimerez cohabiter avec d’autres humains normaux. Elle, de son côté, grommelle des phrases en parlant de baleines imaginaires. Enfin, passons.

(note de traduction : La baleine dont il est question est sans doute une référence à Twitter, ou lorsque ce système est surchargé, l’image indiquant l’erreur représente uen baleine en train de tomber rattrapé par un filet tenu par des petits oiseaux)

3. Ils vous diront que vous avez vraiment besoin de passer à une nouvelle technologie.

si vous êtes tranquillement en assis là en train de lire votre journal, elel vous dira « Vous lisez encore des journaux papier ? Hé bé bon dié ! Vous pouvez lire n’importe lequel de ces articles depuis FriendFeed, envoyé en ligne pour vous,  le tout organisés par vos contacts de réseaux sociaux. Vous avez juste d’un téléphone permettant d’utiliser RSS-XML-PHP-LOL.  Et le tout en temps réel. »

Là vous faites un pas en arrière, en clignant des yeux, en lui assurant que « J’y jetterai un coup d’oeil ». Mais en réalité ? Ne le faites pas. Ne vous prenez pas la tête à propos d’aucune de ces technologies. Vous n’en n’avez pas l’utilité. Vous voyez ce journal que vous êtes en train de lire ? Vous n’avez pas besoin de vous y « connecter ». Ou d’installer une application qui requiert un « service pack ». Vous savez ce qui est marrant dans tout ça ? J’ai peut être une de ces applications sur mon ordinateur.
Et qu’est ce que ça change ?

Votre journal papier ne buggue pas. Il ne vous demande pas un nom d’utilisateur loufoque ou affiche un avatar de vous  à moitié nu. Parce qu’il est réel, concret.

Je sais à cet instant que vous vous dites sans doute : « Le Monsieur ayant rédigé cet article doit au minimum avoir 190 ans ! Plus personne ne lit de papier de nos jours. Pourquoi est il si rétrograde ? »

Je le suis pour des centaines de raisons. Mais il y en a vraiment 3 pour lesquelles vous n’avez pas besoin de vous inscrire à n’importe quelle plateforme dont l’expert vous parlera.

1. Hi5.
2. Friendster.
3. ICQ.

Que leur est-il arrivé ?
Sincèrement, je n’en sais rien. Peut être sont ils toujours cool. Il faudra que je demande à un expert des réseaux sociaux.

Si vous êtes vous même un expert des réseaux sociaux, ne vous offusquez pas. Notre blog préhistorique n’a rien en commun avec votre nouvelle plateforme high tech dont vous venez juste de terminer le lancement. un  jour sans doute cela changera. Peut être alors que « Tremendous News » (le blog de l’article anglais de référence) disposera même de sa propre application portable permettant de diffuser l’information à des  milliers de personnes.

« Et le tout en temps réel. »

Gengo : résoudre l’erreur Call to a member function wp_rewrite_rules() on a non-object in /wp-includes/classes.php

Gengo, plugin de wordpress pour le multilinguisme, entre en conflit avec certains plugins lors de leurs installation.

Le code d’erreur est de la forme :

Fatal error: Call to a member function wp_rewrite_rules() on a non-object in /wp-includes/classes.php on line ...

que se passe t il donc pour obtenir cette erreur ?

En simplifiant, cette erreur survient lorsqu’un plugin essaye de définir sa langue avant que Gengo soit chargé, et que la fonction du plugin enquestion « load_plugin_textdomain » doit être encapsulée dans une autre fonction appelée au init pour fonctionner.

Là vous êtes paumés et vous sortez un mouchoir, oui je sais. Mais en fin de compte ce n’est pas si compliqué que cela.

Par exemple pour le plugin Cforms qui entre en conflit avec Gengo, en allant /plugins/cforms/cforms.php, on a à la ligne 33 :
load_plugin_textdomain('cforms');

Et c’est cette ligne de code qui pose souci, il faut l’encapsuler dans une autre fonction et l’appeler au init pour que tout rentre dans l’ordre.

Donc
load_plugin_textdomain('cforms');
devient
function cforms_load_textdomain() {
load_plugin_textdomain('cforms');
}
add_action('init', 'cforms_load_textdomain');

Un autre exemple ? Cette fois-ci avec MailPress, plugin d’envoide newsletter pour wordpress, qui pose lui souci avec Gengo.
Là encore, en allant dans /plugins/mailpress/Mailpress.php, on a ligne 34 :

// for gettext
load_plugin_textdomain('MailPress', MP_PATH . 'mp-content/languages');

Sur le même principe, la solution afin que tout fonctionne correctement est :
function mailPress_load_textdomain() {
//load_plugin_textdomain('cforms');
load_plugin_textdomain('MailPress', MP_PATH . 'mp-content/languages');
}
add_action('init', 'mailPress_load_textdomain');

Gengo : comment résoudre l’erreur Call to undefined function get_currentuserinfo() in /wp-content/plugins/gengo/gengo.php on

Gengo est un plugin de wordpress relativement puissant permettant de gérer le multilinguisme.

Toutefois, il arrive souvent qu’il rentre en conflit avec d’autres plugins, notamment en affichant l’erreur suivante :

Call to undefined function get_currentuserinfo() in /wp-content/plugins/gengo/gengo.php on line

La solution à ce souci est relativement simple, et est donnée ici , et effectivement c’est logique :

La fonction get_currentuserinfo() est défini dans le fichier pluggable.php, fichier qui est chargé APRÈS que tous les plugins aient été chargés, ce qui veut dire que vous appeler une fonction qui n’a pas encore été définie au moment ou elle essaye d’être exécutée depuis votre plugin.

Dans mon cas l’appel posant problème venait de gengo :

function locale($locale) {
global $wp_rewrite, $gengo_use_default_language, $userdata;
if (isset($this->processed_locale)) return $locale;
$this->processed_locale = true;
if (!$this->languages) return $locale;
if (is_admin() || $gengo_use_default_language) {
get_currentuserinfo();
$this->add_language_preference($this->get_default_language_id());
}

devient

function locale($locale) {
global $wp_rewrite, $gengo_use_default_language, $userdata;
// On inclus le fichier où est définie la fonction :
require (ABSPATH . WPINC . '/pluggable.php');
if (isset($this->processed_locale)) return $locale;
$this->processed_locale = true;
if (!$this->languages) return $locale;
if (is_admin() || $gengo_use_default_language) {
get_currentuserinfo();
$this->add_language_preference($this->get_default_language_id());
}

Google Social Search, des réponses à vos recherches grâce à votre réseau social

Durant le sommet Web 2.0 ayant lieu aujourdh’ui à San Francisca, une employée de Google, Marissa Mayer est venue sur scène de façon inattendue afin de présenter un nouveau produit.

Elle a en effet annoncé que Google était prevenu à un accord avec Twitter, faisant suite à l’annonce slon laquelle Bing et Twitter seraient égalemetn parvenu à conclure un accord.

Mais ce n’est pas tout ! Il ya un nouveau produit estampillé Google : “Social Search” ;qui devrait bientôt être proposé dans Google Labs.
C’est une nouvelle fonctionnalité permettant de voir les résultats des requêtes faites par vos contacts dans votre réseau social.
Par exemple, en l’intégrant dans les autres sociaux sur lesquels vous êtes inscrits par exemple FriendFeed, Google pourra détecter avec qui vous êtes en relations et partager vos résultats de recherche avec eux.

Et là vous vous dites : « Mais quel intêret ? »
En fait, la clé de ce type de recherche est la recherche d’information « locale » comme pour exemple pour de la recherche d’image, comme l’ont montré Mayer et un autre employé de Google sur la scène.

Mayer ne l’a pas dit, mais on peut penser sans grande chance de se tromper que cette fonctionnalité ne pourra fonctionner qu’avec les réseaux sociaux dont les données sont ouvertes. ce qui impliquerai par exemple que ça ne pourrait pas fonctionner avec Facebook.

Google Social search sera lancé d’ici quelques semaines. Cette expérimentation sera opt-in, conclut Mayer.

Source : techcrunch

Twitterfeed s’améliore : Plus rapide, publication sur face book et intégration Google Analytics

Twitterfeed a beaucoup évolué depuis ces débuts.
aujourd’hui ce n’est pas moins de 350 000 inscrits publiant 600 000 fluxs générant 5 500 000 clicks par jour.

Avec de tels flots de données, il est arrivé que Twitterfeed soit submergé. C’est la raison pour laquelle ses structures ont évoluées afin d’éviter ces désagréments, et le déploiement de cette nouvelle architecture se déroule ces jours ci, permettant à vos twits d’être transmis et publiés beaucoup plus rapidement.

D’autre part, Twitterfeed s’intègre désormais avec Pubsubhubbub, c’est à dire que les plateformes l’utilisant (comme blogger, Typepad) pourront publier leurs posts en temps réel !
La même fonctionnalité sera disponible sous peu pour Word press (wouloooo ! ça tombe bien je suis sous wordpress)
vous pouvez également publier automatiquement de Twitterfeed vers Facebook.
De plus, vous disposerez de statistiques pour chaque posts vous permettant de comparer le nombre de cliks depuis facebook par rapport à ceux de Twitterfeed.
(ça ça apportera des infos intéressantes pour voir qui est le plus pertinent en fonction du contexte)

Pour conclure, et non de smoindres, TwitterFeed ajoute des tags UTM spécial à cahque post publié, permettant ainsi un suivi par Google Analytics.
Ceci vous permettra de tracker les visites et les comportements de vos internautes sur vos sites.

Avec toutes ces améliorations, TwitterFeed se bonifie avec le temps, et féliciations à toute son équipe pour son travail.

Je l’utilisais déjà sur quelques projets, mais de là c’est vraiment de mieux en mieux !